Ville de Besançon

Présentation

Le cadre historique de cette coopération.

La Ville de Besançon pilote, depuis décembre 2004, un programme de coopération avec le camp palestinien d’Aqabat Jaber. Situé en Cisjordanie, dans le district de Jéricho, ce camp compte environ 8 600 habitants. Il est administré par un Comité Populaire de quinze membres élus et bénévoles, avec l’aide de l’UNRWA .

En lien avec les Autorités d’Aqabat Jaber, la Ville de Besançon et depuis 2011 de Neuchâtel (Suisse) ont choisi de s’impliquer sur les questions de l’eau et de l’assainissement.
C’est tout d’abord pour répondre à l’urgence des habitants du camp qui souffraient de la rareté de la ressource et de trop fréquentes coupures du réseau. En effet, répondant à un besoin essentiel, l’accès à l’eau constitue une étape préalable avant d‘envisager d’autres axes de coopération. Par ailleurs, cette coopération technique revêt une portée politique : on peut imaginer que la mise en place d’un environnement stable et l’amélioration des conditions de vie au travers des projets menés conjointement offrent une alternative à l’émigration et/ou la violence, et contribue à la construction d’un Etat palestinien. En cela elle est une expression de la « diplomatie des villes ».
Enfin, ce thème permet aux trois entités d’échanger sur leurs pratiques de gestion du cycle de l’eau. La Ville de Besançon promeut en effet plusieurs lignes directrices : autonomie et gestion en interne de la ressource, facturation juste et contrôlée, préservation de la qualité de l’eau, maîtrise du cycle de l’eau, …Aussi a-t-elle adopté en 2011 le « Pacte d’Istanbul » sur l’eau, par lequel elle s’engage à promouvoir une bonne gestion de la ressource au niveau local et d’en garantir la qualité auprès de ses habitants. Cette coopération est un moyen de partager ses bonnes pratiques avec ses partenaires de Neuchâtel et d’Aqabat Jaber, qui réciproquement font découvrir aux ingénieurs bisontins des techniques non pratiquées à Besançon.

De nouveaux volets de coopération facilitant les échanges humains sont venus en 2012 élargir le champ de cette coopération : l’enseignement supérieur, les échanges, le tourisme et le sport.
Les partenaires veillent à ce que les différents volets de la coopération évoluent en synergie. Ainsi, des liens se créent entre les acteurs des différents domaines qui s’enrichissent mutuellement.

Drapeau palestinien flat

Ville Jumelée avec :

Comité populaire du camp de réfugiés d'Aqabat Jaber

Projets

Petits champions palestine 065 1

Le camp de réfugiés est situé en Cisjordanie, dans le district de Jéricho. 
Sa population est d’environ 85OO habitants. 
Le camp est géré par l’UNRWA (office des Nations Unies pour les réfugiés), qui subventionne les services de base à la population (école, santé). Il est administré par un Comité Populaire d’une quinzaine de membres élus et bénévoles.
Bien qu’il s’agisse d’un camp « provisoire », l’enlisement du conflit se traduit par la sédentarisation des habitants et Aqabat Jaber se présente maintenant comme une ville permanente. 
La situation économique se dégrade (le chômage dépasse les 50%), les violences intra familiales sont en très forte augmentation, l’équilibre psychologique des enfants est très fragile. 

* Les activités menées au cours de la coopération. 

1- L’eau et l’assainissement :

La question de l’eau dans cette région du monde est cruciale, et pouvoir avoir accès à une eau en quantité suffisante constituait pour nos partenaires une priorité absolue avant d’envisager d’autres thématiques de coopération.
Plusieurs actions ont été réalisées :
 La rénovation totale du réseau d’alimentation en eau (grâce à des financements des collectivités, de l’Agence de l’Eau Rhône
Méditerranée Corse et de l’Autorité Palestinienne).
 L’appui institutionnel à la mise en place d’un service de l’eau, avec la formation de 3 techniciens.
 L’appui à la mise en place d’une tarification progressive en fonction du volume d’eau consommée.
 L’élaboration d’un Schéma d’assainissement, dans la perspective de la construction d’un réseau d’assainissement sur le camp raccordé à la station d’épuration de Jéricho.

L’ensemble de ces actions s’accompagne de campagnes de sensibilisation à une bonne utilisation de la ressource, à la pratique de l’assainissement et à la nécessité pour chaque foyer de contribuer financièrement afin de maintenir les services Eau et Assainissement effectifs et pérennes.
Ces actions sont valorisées à l’occasion de temps forts : Assises de la coopération décentralisée franco-palestinienne, Forum Mondial de l’Eau, etc.
En outre, elles ont fait l’objet d’une exposition « Soif d’échanges » co-construite par l’ACCMMA*, les Francas du Doubs et la Ville. Mise gratuitement à disposition par la Ville de Besançon aux structures souhaitant organiser une manifestation, elle offre plusieurs niveaux de lecture, sensibilise à la problématique de l’eau mais aussi à la situation hydraulique en Palestine, tout en faisant connaître la coopération décentralisée. 

2- Le tourisme rural de randonnée :

Les objectifs sont multiples :
 La promotion d’un développement local et durable, et l’autonomisation de la société civile palestinienne.
 La préservation et la valorisation du patrimoine naturel et culturel du territoire (canyons, patrimoine historique, mode de vie, artisanat, spécialités culinaires, etc.).
 L’ouverture sur le monde des populations des différents territoires partenaires et des touristes.

Pour cela, plusieurs collectivités et acteurs français ont uni leurs énergies et leurs moyens afin de construire ensemble un programme mutualisé intitulé « programme de structuration du tourisme rural de randonnée en faveur des populations locales autour du sentier d’Abraham ».
Ce programme, cofinancé à 50 % par l’Agence Française de Développement, comprend les axes d’intervention suivants :
 La structuration d’un itinéraire de randonnée à travers la Palestine.
 La formation des acteurs.
 Les échanges de savoir-faire.
 La promotion et la commercialisation du sentier.
Ce programme se concentre sur l’aménagement d’une section de 125 km de sentier à travers la Cisjordanie, allant de Auja au nord de Jéricho jusqu’à Hébron.

Il passe bien sûr par le camp d’Aqabat Jaber, proche de Jéricho. Cette étape permet notamment aux randonneurs de découvrir un camp de réfugiés (rencontre des habitants, visite d’une exposition sur la Nakba) et de prendre connaissance des actions de coopération sur l’eau grâce à l’exposition « Soif d’échanges ». Ils sont hébergés dans une auberge neuve construite sur un mode traditionnel et tenue par les femmes du Women Center du camp qui leur réservent un accueil chaleureux et de délicieuses spécialités locales. Afin de favoriser les liens d’amitié entre les populations de nos territoires, un groupe de jeunes de Besançon et Aqabat Jaber ont randonné ensemble sur ce sentier en février 2016. Par ailleurs, un groupe de femmes du Women Center a été invité à Besançon pour un court séjour de rencontre et d’échange de savoir-faire en mai 2016.

3- Les échanges de jeunes :

Ce volet vise l’ouverture de la coopération aux jeunes générations, l’échange interculturel (Palestine/Suisse/France), les échanges de pratiques et le partage de valeurs grâce à un encadrement pédagogique.
La Ville de Besançon a travaillé en 2016 sur ce volet avec l’association d’éducation populaire les Francas du Doubs.
Cinq séjours d’échanges ont d’ores et déjà été menés depuis 2012, dont trois à Besançon et deux à Aqabat Jaber.  

Les jeunes Bisontins participants sont engagés dans une démarche globale : collecte d’argent grâce à des chantiers, préparation en amont à l’immersion interculturelle, adhésion aux principes d’ouverture sur l’autre et de vie en collectivité, valorisation de leur expérience à leur retour à Besançon. Ce sont par exemple les jeunes du séjour 2012 qui ont pris les photos de l’exposition « Soif d’Echanges » et qui ont assuré sa promotion en tant qu’« ambassadeurs » de la coopération. La Ville de Besançon a réalisé un film sur ce voyage des jeunes bisontins en Palestine.

Dans le cadre de cet échange, la ville de Besançon a accueil en juin 2016 huit femmes palestiniennes du woman center pour un séjour autour de la cuisine collective, et une équipe de football de huit joueurs du camp d'Aqabat Jaber, ainsi que deux accompagnateurs et le président du camp pour participer au tournoi du Clémenceau. 


4- L’enseignement supérieur :

Ce volet consiste à permettre à un(e) ou deux étudiant(e)s palestinien(ne)s de niveau Master ou Doctorat sélectionné(e)s sur critères d’excellence académique de venir chaque année faire leurs études à Besançon. Ce programme de « bourse à coûts partagés » est co-piloté par le Consulat Général de France à Jérusalem, l’Université de Franche-Comté et la Ville de Besançon.
Dans ce cadre, deux étudiantes palestiniennes en étude à l’Université de Franche-Comté sont actuellement accueillies à Besançon. A côté de leurs études, elles s’impliquent dans les différents volets de la coopération décentralisée et prennent part à la vie bisontine dans son ensemble.
Ce programme présente l’avantage de permettre à des Palestiniens de vivre une expérience prolongée à Besançon, favorable aux échanges interculturels et à la construction de liens d’amitié durables.

Perspectives & Communication et sensibilisation en France

- La poursuite du projet de la sensibilisation des citoyens du camp d'Aqabat Jaber à la gestion de l'eau. 
- Le lancement d'un nouveau projet en 2018 consistant à sensibiliser les citoyens d'Aqabat Jaber à la protection de l'environnement.

Des associations locales de la Ville de Besançon participent à des volets de la coopération. 

1- l'AFPS : L'association France Palestine solidarité. 
2- L'association Palestine-Amitié.
3- L'association Miroirs des femmes, reflets du monde.
4- Les Francas. 
5- Le service de la jeunesse de la Ville de Besançon.

Les actualités de la Ville de Besançon

Aucun élément à afficher

Les dernières photos de la Ville de Besançon

Aucun élément à afficher

L'agenda de la Ville de Besançon

Aucun évènement à afficher.